Lieu de rencontre convivial entre les gays, lesbiennes, bisexuels et sympathisants de Mayotte, des autres DOM TOM et d'ailleurs.

Derniers sujets

» Quelle place pour l'homosexualité dans nos sociétés ?
Mar 18 Oct 2016, 12:06 par wael976

» La place de l'homosexualité à Mayotte
Jeu 31 Mar 2016, 17:43 par souezh

» Et oui alors ...
Dim 17 Jan 2016, 12:31 par Invité

» La saison des pluies
Dim 06 Déc 2015, 11:19 par Invité

» ch passif a cul rond
Ven 16 Oct 2015, 19:04 par Yasser nourdine

» "kitchen moma" un petit resto bar à cavani, le lieu idéal pour !!!!
Ven 16 Oct 2015, 17:51 par Cheb malal

» Serait-ce un mirage ?
Sam 22 Nov 2014, 17:18 par outro

» Création Club d'amis Gay/Bi
Lun 18 Nov 2013, 20:45 par Admin

» Enquête : « Homosexualités & Adolescences » : Identités – Orientations – Sexuations
Ven 27 Sep 2013, 18:16 par Admin

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Ven 11 Sep 2015, 19:44

Sondage

Devons nous tester le Kitchen Moma ?
67% 67% [ 29 ]
14% 14% [ 6 ]
19% 19% [ 8 ]

Total des votes : 43

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 203 messages dans 61 sujets

Nous avons 408 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est maelseba

Partenaires

_________________


Cool Text: Logo and Graphics Generator_________________ referencement automatique - code reduction - plat aluminium - nuisettes_________________
GAYFROM _________________
référencement_________________

Septembre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


Evénement: «L'IDAHOmètre» évalue l'action de la France contre l'homophobie Par TÊTU lundi 16 mai 2011, à 12h06

Partagez
avatar
Admin
Admin

Age : 34
Humeur : Toujours sérieux
Messages : 49
Date d'inscription : 19/02/2011
Réputation : 0

Evénement: «L'IDAHOmètre» évalue l'action de la France contre l'homophobie Par TÊTU lundi 16 mai 2011, à 12h06

Message par Admin le Ven 27 Mai 2011, 22:07


Au-delà des paroles et des partis pris, comment mesurer la réalité de
l'engagement du gouvernement français contre l'homophobie et la
transphobie? Pour la première fois, le Comité IDAHO organisateur de la
Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie, qui a lieu
demain, lance avec TÊTU le premier état des lieux objectif de l'action
de chaque ministère, l'«IDAHOmètre».
Résultat: un indicateur gradué (ci-dessus) de chaque ministère: en
première place, une implication «très forte» dans la journée IDAHO en
particulier, et dans la lutte contre l'homophobie et la transphobie en
général. En 2ème place, une implication «forte». Trois ministères sont
ex-aequo en troisième place (implication «moyenne»), six sont en 4ème
place («faible»), et cinq en 5ème place (implication «très faible ou
nulle»).



Depuis 2005, le Comité IDAHO interpelle le ministère des affaires
étrangères sur les questions LGBT (lesbiennes, gaies, bi et trans).
Longtemps réticent sur ces problématiques, le Quai d'Orsay est depuis
2008 très engagé sur le sujet. Sollicitée par le Comité IDAHO, Rama Yade
a porté à l'Assemblée générale des Nations Unies une déclaration
historique pour la dépénalisation universelle de l'homosexualité. Des
initiatives importantes ont aussi été menées au niveau du Conseil des
droits de l'homme et de l'OMS. Par ailleurs, le MAE a relayé cette année
la demande du Comité IDAHO concernant l’UNESCO: Mme Bokova, directrice
générale de l’institution, devrait faire une déclaration demain, à
l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie.
Enfin, proposé par le Comité IDAHO, un fonds de soutien a été mis en
place, et le financement sera attribué à plusieurs projets
internationaux, à l'occasion du 17 mai. Autrefois peu visible dans ce
domaine, la France est aujourd'hui reconnue comme étant l'un des pays
les plus actifs sur la scène internationale. Le Quai d'Orsay, un exemple
pour tous les autres ministères!



Le plan sollicité par le Comité IDAHO l'année dernière, et lancé par
Rama Yade le 17 mai 2010, est poursuivi par Chantal Jouanno. Désormais,
outre l'homophobie, il concerne également le racisme (vu le contexte à
la FFF, ce n’est pas du luxe!). Il prévoit que tous les entraîneurs et
éducateurs sportifs puissent recevoir et dispenser une formation contre
les discriminations. Les modules sont en cours de réalisation. Mme
Jouanno soutient activement le plan, et s'implique à nouveau à
l'occasion du 17 mai en installant un comité permanent de lutte contre
les discriminations, présidé par Laura Flessel.

Cependant, cette initiative tout à fait remarquable devait être
proposée aux instances européennes (Union européenne, Conseil de
l'Europe), et aux associations européennes, dans le cadre du réseau FARE
(Football Against Racism in Europe). Le ministère s'y était engagé,
mais cela n'a pas (encore ?) été fait. C'est dommage…




Cette année, le Comité IDAHO a interpellé le ministère de l'intérieur,
qui annonce plusieurs mesures à l'occasion du 17 mai : une enquête
nationale sur les violences homophobes en France, un plan de formation
contre l'homophobie et la transphobie pour les policiers, la mise en
place de référents homophobie et transphobie dans tous les commissariats
de France, et la mise en place d'une cellule contre la violence
homophobe et transphobe sur internet, où prolifèrent impunément les
appels à la haine et au meurtre. Longtemps attendues, ces mesures
constituent une avancée très importante.

Cependant, les effets attendus de ce plan ne se feront sentir qu'à
moyen ou à long terme. Or, selon un sondage récent de TÊTU, un homo sur 4
a été agressé physiquement dans les dix dernières années. Par ailleurs,
les agressions et meurtres homophobes sont souvent mal pris en charge
par les services de police, ce qui constitue un grave problème.
Plusieurs meurtres homophobes, ou présumés tels, ont eu lieu récemment:
les investigations sont-elles vraiment menées comme il le faudrait?




Jusqu'ici, le ministère s'est à peu près contenté de faire des
campagnes d'affichage, dont l'impact était forcément limité. Le Comité
IDAHO a interpellé le ministère: à l'occasion du 17 mai, celui-ci invite
les CROUS à intégrer désormais les problématiques LGBT dans leur
programmation et leur animation culturelles tout au long de l'année. Par
ailleurs, Valérie Pécresse annonce le lancement au sein du ministère
d'un groupe stratégique intitulé «Genres et orientations sexuelles»,
chargé de définir les axes et les outils de recherche sur ces
problématiques, en lien avec le CNRS, l'ANR, les universités.

Tout cela va dans le bon sens, et pourrait être porteur de décisions
fortes concernant des projets ANR, des chaires, des laboratoires, des
bourses de recherches et des aides à la publication, mais les résultats
de ce plan, arraché au forceps, sont à la fois lointains et incertains…


Le Comité IDAHO a sollicité le ministère de la politique de la ville.
Du coup, un plan contre l'homophobie est lancé: il mobilise à cet effet
les centres de ressources de la politique de la ville, qui réunissent
les élus et les experts dans les différents territoires. Par ailleurs,
les formations proposées par l'ACSE intègreront désormais l'orientation
sexuelle et l'identité de genre. Tout cela constitue une avancée
significative.

Cependant, compte tenu des faibles moyens de la politique de la ville
en France, reste à voir quelle ampleur le plan pourra prendre
effectivement.



Le ministère de la cohésion sociale charge la DREES (Direction de la
Recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) d’une vaste
enquête sur l’insertion sociale des personnes LGBT. Le fait est que l'on
manque cruellement de données en France.

Cependant, au-delà des enquêtes, on aimerait que le ministère puisse
mettre en place un plan contre l’homophobie et la transphobie. Il existe
au sein du ministère un volet personnes âgées, un volet handicap, un
volet femmes: pourquoi n’y aurait-il pas un volet concernant les
personnes LGBT?



Les chiffres manquent cruellement dans ce domaine: le Comité IDAHO
demande au ministère de lancer une enquête nationale sur l'homophobie
dans le monde du travail, et de solliciter le Bureau International du
Travail, pour qu'il fasse de même, ce qui serait une première. Un plan
contre l'homophobie dans le monde du travail devrait être annoncé à
l'occasion du 17 mai, pour mieux former les professionnels à ce sujet.

Mais ce plan demeure sous-dimensionné par rapport à l'enjeu, car il ne
concernera qu'une faible partie des personnels concernés. La lutte
contre les discriminations dans le monde du travail est-elle vraiment
une priorité pour Xavier Bertrand?


La formation initiale et continue des médecins et des soignants
constitue un enjeu important. Longtemps, ils n'ont connu l'homosexualité
qu'à travers le prisme de la psychiatrie, qui a laissé des traces. Or,
cette méconnaissance entraîne des manquements, parfois graves, dans la
prise en charge des patients. Le Comité IDAHO a interpellé le ministère à
ce sujet: des enquêtes diverses sont prévues, en rapport avec le sida,
ainsi qu’un plan de formation, notamment dans le cadre des Instituts de
formation en soins infirmiers (IFSI).

Cependant, ce plan demeure insuffisant, car ne concernera qu’une partie
des personnels de santé, et sera plutôt constitué de brochures que de
réelles formations. En outre, le processus qui avait été engagé pour
réformer le parcours de soin pour les personnes transsexuelles est
aujourd'hui à l'arrêt. Enfin, les propos et les positions de Nora Berra
sur le don d'organes et le don du sang, dont sont exclus les
homosexuels, ont créé un sentiment de malaise, difficile à dissiper…


La formation professionnelle constitue un domaine peu visible de
l'action gouvernementale, mais constitue un levier non négligeable dans
la lutte contre l'homophobie et la transphobie. Sollicitée par le Comité
IDAHO, Nadine Morano propose que soit renforcée l'offre de formations
intégrant la lutte contre les discriminations en général, et la lutte
contre l'homophobie en particulier. Ainsi, une information sera
adressée aux organismes collecteurs, et au fonds de sécurisation des
parcours professionnels sur ce sujet. Elle appellera également la
fédération de la formation professionnelle à diffuser ce message auprès
de ses adhérents (organismes de formation), pour que ce volet soit
proposé dans les formations «interpersonnelles».

Rien de spectaculaire, certes, mais le ministère a des leviers limités,
et ces petits pas vont quand même dans la bonne direction.



Le Comité IDAHO a interpellé le ministère du développement durable, qui
a aussi le logement dans ses attributions. Dans ce domaine, Nathalie
Kosciusco-Morizet se propose de mettre en place des lieux d'hébergement
d'urgence pour les personnes trans, trop souvent exposées aux violences,
agressions et discriminations de toutes sortes.

A l'avenir, il faudrait élargir et multiplier ces dispositifs
d'hébergement d'urgence, pour l'ensemble des personnes LGBT, comme il y
en a pour les femmes victimes de violences. Le ministère devrait
s'engager dans cette voie nécessaire.




Sollicité par le Comité IDAHO, le ministère de la Jeunesse pourrait
proposer une campagne de sensibilisation contre l'homophobie, à
l'occasion du 17 mai.

Mais ce serait de toutes façons une campagne ponctuelle, non une
politique durable. On aurait pu attendre davantage, en matière
d'homophobie, d'une ancienne présidente de la Halde. Surtout dans un
domaine, comme la jeunesse, où il y a tant à faire. Mais il paraît qu'il
n'y a pas de levier au ministère de la Jeunesse pour agir dans ce
domaine. Est-ce juste un problème de levier?



La campagne contre le harcèlement scolaire pourrait avoir des effets
directs ou indirects sur la lutte contre l’homophobie. Par ailleurs, le
ministère prolonge la campagne d'affichage pour promouvoir la Ligne
Azur, qui permet de répondre aux questions des jeunes en matière de
sexualité.

Mais enseigner avec des affiches, c'est un peu limité. Certes, un
rapport sur les discriminations a été publié en août 2010 par le
ministère, mais on attend toujours le grand plan contre les
discriminations que Luc Châtel promet depuis plusieurs mois. Enfin,
après l'affaire du Baiser de la Lune, quid des programmes, de la
formation initiale et de la formation continue des enseignants?
L'éducation est la mère de toutes les batailles, et plusieurs ministères
lancent des plans de formation cette année. Mais dans ce domaine, le
ministère de l'éducation semble plus rétif que tout autre à l'idée même…
d'éducation. Le ministère de l'Education nationale, mauvais élève de la
classe. Quel paradoxe!




Des réunions ont eu lieu, d’autres sont prévues. Cependant, en l'état
actuel des choses, le ministère ne semble pas avoir de plan pour lutter
contre l'homophobie. Pourtant, la culture est un des moyens privilégiés
pour lutter contre les préjugés. Dans d’autres pays, des initiatives,
parfois d’envergure, sont prises. Qu’en est-il en France? Le fait d'être
dirigé par un homosexuel dispense-t-il le ministère de la culture
d'avoir une véritable politique de lutte contre l'homophobie?




Le ministère a un peu assoupli l'accès aux papiers pour les personnes
transsexuelles. Et le contrôleur général des lieux de privation de
liberté a pris des mesures pour accompagner les personnes transgenre en
détention.

Cependant, l'accès aux papiers pour les personnes trans demeure très
compliqué et très coûteux, et la France refuse d'appliquer les
recommandations du Conseil de l'Europe, que ses représentants ont
pourtant votées. Hypocrisie ou schizophrénie? Par ailleurs, aucun plan
de formation n'est prévu pour les magistrats, qui souvent refusent de
prendre en considération le caractère homophobe des discriminations et
des agressions qu'ils ont à juger. Le bilan du ministère de la Justice
en la matière est particulièrement médiocre. La police avance. Pourquoi
pas la justice?




Le ministère a mis en place des préfets dédiés à la cohésion sociale,
disponibles pour lutter contre toutes les discriminations.

Mais en matière d'homophobie, qu'ont-ils fait au juste? Mystère. Par
ailleurs, malgré les nombreuses sollicitations et propositions depuis
plus d'un an, aucun plan contre l'homophobie n'a été prévu par le
ministère, qui ne semble guère mobilisé sur le sujet. Il n'y a pas de
problème d'homophobie dans l'Outre-Mer français? Ou Mme Penchard
a-t-elle un problème avec le sujet?




Beaucoup de dossiers relatifs à la lutte contre l'homophobie et la
transphobie doivent être traités dans un cadre interministériel. C'est
le cas au Canada ou au Brésil, par exemple, où de véritables politiques
ont été mises en œuvre, dans une coordination interministérielle. Mais
en France, la coordination, tout à fait nécessaire entre les ministères,
demeure souvent laborieuse dans ce domaine. François Fillon pourrait
avoir un rôle d'initiateur, à tout le moins de facilitateur, mais à ce
jour, le premier ministre n'est que le premier spectateur de la lutte
contre l'homophobie et la transphobie.
En outre, aucune avancée sur le dossier de l'égalité des droits: ce
sont autant de promesses non tenues. Le dossier porté par Nadine Morano
concernant le reconnaissance du beau-parent a été torpillé par Christine
Boutin. Qu'on a laissé faire. L'égalité des droits n'avance pas. Or,
refuser l'égalité, c'est accepter l'homophobie. Sur un dossier essentiel
pour notre pacte républicain, Matignon et l'Elysée portent ici une
grave responsabilité.
Textes baromètre: Louis-Georges Tin. Graphique: Ariel Martin Pérez. Photo: Quai d'Orsay.Baromètre interactif sur le site de l'Idaho France
http://www.idahofrance.fr/actualite-idaho-france_lire_notre-actualite-france_71_0_0.html?PHPSESSID=53927ea679d054686051d262280e2aa6


_________________
L'administrateur du forum

    La date/heure actuelle est Sam 23 Sep 2017, 15:50